Groupe de travail sur l’évaluation conjointe des stratégies nationales de santé (JANS) 

En 2009, le Groupe de travail a développé un outil d’évaluation conjointe (JANS) et une série de principes pour mener ces évaluations conjointes. En 2011, le Groupe a repris ses discussions et modifié l’outil afin de refléter les expériences acquises dans les pays. Sur la base de ces mêmes expériences, il a aussi développé en 2011 un document présentant les options possibles sur la conduite d’un JANS.

Les agences et pays représentés dans le premier Groupe de travail JANS et le groupe de révision établi ultérieurement sont les suivants: l'Australie; la Banque mondiale; le Ministère délégué à la Présidence de la République chargé de la lutte contre le VIH/SIDA du Burundi; le Ministère des affaires étrangères de l’Espagne; le Ministère de la santé de l'Éthiopie; la Commission européenne; Le Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme; le GAVI Alliance; le Centre de développement social intégré (ISODEC) au Ghana; le Ministère de la santé du Ghana; l’organisation américaine Health Global Access Project; le Ministère de la santé du Mali; l’OMS; l’ONUSIDA; le Ministère de la santé de l’Ouganda; le Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM); le Ministère des affaires étrangères des Pays-Bas; le Département du développement international du Royaume-Uni; le groupe de recherche et de réflexion politique Treatment Action Group; l’UNFPA; l’UNICEF.

Visiter le page JANS

 

Groupe de travail sur les coûts

Les membres du Groupe de travail sont: UNAIDSUNDPUNFPAUNICEF, WHO et World Bank.

Le Groupe de travail interagences sur les coûts a examiné les outils existants de planification, de calcul des coûts et de budgétisation et a développé un outil unique pour les Nations Unies. L’outil OneHealth (« une seule santé ») est destiné à appuyer le calcul des coûts, la budgétisation, le financement et le développement de stratégies nationales pour le secteur de la santé dans les pays en développement. Le Groupe de travail continuera de développer cet outil pour y inclure des modules supplémentaires sur les systèmes d'information médicale, la gouvernance et les maladies non transmissibles.