27 avril 2014

Le 10 avril 2014, des responsables d’institutions internationales de santé se sont rencontrés de manière informelle pour la cinquième fois. Ils ont convenu de la nécessité de réduire sensiblement le nombre d’indicateurs au niveau national et ont dans une large mesure soutenu une proposition de cadre avec un ensemble limité d’indicateurs de base commun à toutes les institutions. Ces prochains mois, un groupe de travail finalisera cet ensemble d’indicateurs de base internationaux et les dirigeants se réuniront de nouveau en septembre 2014 pour décider des prochaines étapes.

Les dirigeants d’institutions internationales de santé prennent des mesures en vue de parvenir à un ensemble commun d’indicateurs sanitaires

Le 10 avril 2014, les responsables d’institutions internationales de santé se sont rencontrés pour la cinquième fois. L’objet de la réunion informelle, qui était présidée conjointement par Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale, et Margaret Chan, Directeur général de l’OMS, était de faire le point sur les activités menées depuis octobre 2013 par un groupe de travail interinstitutions sur la charge que font peser les indicateurs et la préparation de rapports. Présidé par le Directeur général de l’OMS et chargé d’élaborer un cadre de mesure rationalisé, ce groupe a recommandé aux partenaires de diminuer le nombre excessif d’indicateurs (plus de 600) qu’ils demandent et qui représentent une lourde charge pour des pays dont les systèmes de suivi sont souvent déjà faibles. Le groupe de travail a présenté un cadre de mesure avec quatre recommandations clés pour les partenaires du développement : 1) utiliser des plateformes nationales communes pour la mesure des résultats et la redevabilité, ainsi que décrit par l’IHP+ ; 2) convenir d’un ensemble commun et limité d’indicateurs ; 3) aligner les cycles d’établissement de rapports des institutions ; et 4) coordonner les investissements en faveur du renforcement des systèmes de données des pays et de leur capacité institutionnelle.

Les dirigeants des institutions internationales de santé ont très largement accepté la proposition de cadre. S’agissant des activités futures, le groupe de travail mettra la dernière main à l’ensemble d’indicateurs de base et étudiera les recommandations formulées par les dirigeants. Ces derniers ont notamment préconisé d’associer le secteur privé, de déterminer concrètement comment opérationnaliser le cadre et le lier au programme de l’après-2015 ou d’autres initiatives qui existent déjà et, point particulièrement important, de faire participer les pays à ce programme. 

Catégories: Efficacité de l’Aide


Other News