9 juin 2014

Le Cabo Verde a signé un pacte national en février 2014. Lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai, l’IPH+ a interrogé le docteur Cristina Fontes Lima, Ministre de la Santé du Cabo Verde, pour en savoir plus sur le pacte.

« Dialogue national » : préparer un pacte national au Cabo Verde

Le Cabo Verde a signé un pacte national en février 2014. Lors de l’Assemblée mondiale de la Santé en mai, l’IPH+ a interrogé le docteur Cristina Fontes Lima, Ministre de la Santé du Cabo Verde, pour en savoir plus sur le pacte.

Voici ce qu’elle nous a dit :

« Nous avons signé le pacte national en février, au terme d’un processus d’une durée d’un an au cours duquel nous avons organisé des réunions dans les différentes îles (le Cabo Verde est un pays insulaire). Ces réunions se sont révélées très stimulantes car nous avons pu rassembler des associations, le secteur privé, des compagnies pharmaceutiques et des institutions comme des églises, ainsi que des municipalités. Nous avons aussi compté sur la participation d’autres ministères qui sont importants pour la santé, comme l’agriculture, l’environnement et l’éducation en particulier. Chaque participant part du principe qu’il doit faire des compromis et qu’il doit rendre compte de ses activités.

Nous avons déjà un plan national de santé valable jusqu’en 2016 et nous avons formé une coalition pour mettre en œuvre ce plan. Tous les acteurs se sont engagés à passer par ce plan et à utiliser un système unique de suivi et un système unique d’audit.

Ce processus a également été l’occasion de nouer un dialogue national sur le comportement en matière de santé. Non seulement nous avons signé le pacte en nous efforçant de consolider nos partenariats sur le financement de la santé et de les rendre plus opérants, mais nous constituons aussi en interne une coalition pour améliorer la prévention des maladies et la promotion de la santé.

Nous devons maintenant faire fonctionner correctement le dispositif de suivi et d’évaluation. Pourquoi, dans ce domaine, ne pas essayer de tirer parti de ce que nous avons déjà ? En effet, nous disposons déjà de l’Instance de coordination nationale du Fonds mondial. Avons-nous besoin de créer une autre structure pour le suivi ? Nous nous employons désormais à définir le dispositif qui assurera les activités de suivi et d’évaluation et les rendra efficaces. »

Catégories: Cap-Vert


Other News