Le terme gestion financière désigne la capacité de préparer des budgets et d’en assurer un déblocage opportun ; de garantir la fluidité des fonds en préservant un contrôle approprié ; de maintenir une comptabilisation des dépenses transparente et à jour; et d’effectuer un audit des dépenses et d’en assurer le suivi des conclusions. 

Pourquoi harmoniser la gestion financière?

Une gestion financière compétente au niveau des pays est essentielle à l’amélioration de la comptabilisation et de l’efficacité des services de santé et à la réalisation de meilleurs résultats dans ce domaine.  Dans nombre de pays en développement, le système de santé reçoit des fonds de multiples sources, lesquelles disposent toutes de leur propre système de comptabilisation, de compte rendu, de contrôles et critères pour le déblocage des fonds et d’exigences en matière d’audit. Il en résulte une vue d’ensemble confuse où le contrôle décousu exercé sur l’utilisation des ressources se traduit par un faible degré de transparence, un manque de redevabilité, et une moindre efficacité. En outre, les coûts de transaction qu’implique l’administration de systèmes de gestion financière multiples sont considérables, et font perdre du temps aux personnes responsables, lesquelles pourraient l’utiliser à meilleur escient pour améliorer les services.

Voir aussi les questions fréquentes sur l’harmonisation et l’alignement de la gestion financière

De quelle façon le IHP+ est-il impliqué dans l’harmonisation et l’alignement

Il est devenu évident ces dernières années qu’il reste encore beaucoup à faire pour réduire le manque d’efficacité lié à l’existence d’évaluations redondantes et de systèmes parallèles, tant pour les gouvernements que pour les partenaires du développement. Les systèmes de gestion financières des pays sont trop rarement utilisés – même lorsque ceux-ci sont conformes aux normes internationales. En outre, les questions liées à l’harmonisation fiduciaire restent souvent mal comprises par les professionnels de la santé. Enfin, une meilleure coordination est nécessaire entre les ministères de la santé et les autres ministères comme celui des finances, ainsi qu’au sein des agences de développement entre les départements de la santé et ceux de la gestion financière. Le IHP+ fournit une approche et des outils qui aident à résoudre ces problèmes. 

Le IHP+ fournit une approche à l’harmonisation de la gestion financière qui a fait ses preuves dans les pays. L’approche repose sur trois grands principes : 1) les partenaires du développement s’alignent sur les systèmes nationaux dès que ceux-ci remplissent un degré de fiabilité minimal acceptable ; 2) Si un alignement n’est pas possible, les partenaires du développement harmonisent leurs procédures ; et 3) la mise en place d’un plan d’action commun visant à renforcer le système national est appuyée, afin de permettre, à l’avenir, un alignement avec le système national. L’approche requiert :

  • Une évaluation conjointe unique de la gestion financière ;
  • Un cadre commun de gestion financière, sous la forme d’un accord fiduciaire conjoint ;
  • Un programme unique et complet de renforcement des programmes et des capacités ;
  • Une supervision coordonnée et conjointe de la gestion financière durant la mise en place.

Le IHP+ fournit des outils supplémentaires pour améliorer l’harmonisation tant au niveau des pays qu’au niveau des agences.

  • Synthèse du Rapport final et de la Note d’orientation sur l’harmonisation de la gestion financière;
  • Le Groupe de travail technique du IHP+ sur la gestion financière rédigera les éléments génériques d’un Protocole d’accord (memorandum of understanding) sur les accords fiduciaires conjoints, lequel devra être approuvé par les principales parties prenantes.

Le IHP+ appuie la mise en place de l’approche harmonisée au niveau national.

Le IHP+ aide au renforcement des capacités au niveau national comme au niveau régional, afin de favoriser l’apprentissage Sud-Sud. 

La gestion financière passation de marchés

L’IHP+ a pour priorité émergente le renforcement conjoint des systèmes nationaux de passation de marchés et l’alignement sur ceux-ci. Il abordera ces points pendant la mise en œuvre de son Programme de travail 2016-2017.