Qu'est-ce que le IHP+

IHP+ est un groupe de partenaires engagés à améliorer la santé des citoyens dans les pays en développement. Ces partenaires travaillent ensemble pour mettre en pratique les principes internationaux pour une aide et une coopération au développement efficaces dans le secteur de la santé.

IHP+ est ouvert à tous les gouvernements, agences de développement et organisations de la société civile contribuant à l’amélioration de la santé, et qui sont disposés à adhérer aux engagements du Pacte mondial du IHP+ pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) pour la santé. Le Pacte mondial du IHP+ compte actuellement 65 signataires (novembre 2015).

Pourquoi le IHP+ a-t-il été créé ?

Le IHP+ a été créé pour aider à accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le domaine de la santé. Ayant constaté la persistance de goulets d'étranglement faisant obstacle au progrès, les pays en développement et les partenaires du développement ont voulu mettre en place une initiative à même de remédier aux problèmes suivants:
• Les faiblesses des systèmes de santé ne sont pas suffisamment abordées.
• L’investissement mondial et domestique dans la santé est insuffisant.
• Le financement international demeure imprévisible.
• Le soutien aux pays est souvent inefficace.
• L’architecture de plus en plus complexe de l’aide a rendu les doublons et la fragmentation des activités plus visibles qu’auparavant.
La Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide au développement de 2005 promeut un ensemble de principes basés sur des années d’expérience pour rendre efficaces l’aide et la coopération au développement. Ces principes sont appuyés par l’ensemble de la communauté du développement mondial. Le Programme d’action d’Accra (2008) et l’Accord de partenariat de Busan pour une coopération efficace au service du développement (2011) sont fondés sur la Déclaration de Paris.

Les cinq principes de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide s’appuient sur:
• L’appropriation nationale
• L’alignement avec les systèmes nationaux
• L’harmonisation entre les agences
• La gestion axée sur les résultats
• La redevabilité mutuelle
La tâche du IHP+ est de mettre ces principes en pratique dans le secteur de la santé.

Que fait le IHP+ ?

Le IHP+ œuvre pour:

>Mettre des principes en pratique
Le IHP+ traduit les principes de la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide en une démarche concrète au niveau des pays. Le Partenariat encourage, au niveau national, un appui accru à un plan ou une stratégie pour la santé unique, par le biais d’un plan de travail réunissant les cinq domaines techniques nécessaires pour exploiter le potentiel du système mondial d’aide et améliorer les systèmes de santé au niveau des pays.

Les domaines techniques sont les suivants:

1.   Appuyer des processus inclusifs de planification nationale.
2.  Évaluer conjointement les stratégies nationales de santé (JANS).
3.   Négocier et souscrire à des pactes nationaux ou leur équivalent.
4.   Faire rapport sur l’état d’avancement de manière plus unifiée, sur la base d’un cadre commun de  suivi axé sur les résultats.
5.  S’assurer d’une redevabilité mutuelle entre les parties prenantes.

Dans toutes ses activités, le IHP+ souligne l’importance de s’appuyer sur les politiques, systèmes et mécanismes de coordination nationaux et de rester axé sur les résultats.


>Favoriser le changement
Le IHP+ n’est pas un nouvel organisme de financement ou un projet spécial. Il s’agit d’une initiative qui s’efforce de faire en sorte que les divers intervenants dans le secteur de la santé nationale ou mondiale puissent travailler ensemble de manière plus efficace pour utiliser les ressources à meilleur escient et, ce faisant, contribuer à accélérer l’amélioration des services de santé et des résultats de l’action sanitaire.

Le Partenariat favorise le changement en:

•  Maintenant l’attention mondiale sur les progrès effectués en termes de coordination de l’aide sanitaire et de résultats au niveau des pays
•  Mettant en avant la direction du pays dans les processus de planification
•  Développant des outils pour instaurer la confiance et l’engagement, et ainsi appuyer les plans et stratégies pour la santé à l’échelon national.

Les pays fixent leurs propres priorités et peuvent puiser dans le menu des activités appuyées par le IHP+. Les pays ne sont pas contraints de suivre un modèle unique parce qu’ils ont rejoint le IHP+.


> Établir des relations et instaurer la confiance
La distribution efficace de l’aide et des systèmes de santé solides et fonctionnels ne peuvent exister sans changer la façon dont les gouvernements, les agences de développement, les organisations de la société civile et autres travaillent ensemble. Pour rendre le travail plus efficace, les relations entre ces partenaires doivent croître et se renforcer afin qu’ils puissent, en toute confiance, soutenir une même stratégie pour la santé.

Au niveau global, les gouvernements et les agences de développement signent un Pacte mondial pour montrer leur engagement à mettre en œuvre la Déclaration de Paris sur l'efficacité de l'aide dans le secteur de la santé, par le biais de partenariats renforcés entre les pays.

Au niveau des pays, un plus large éventail d’intervenants est impliqué, dont les organisations de la société civile. La façon dont les partenaires travaillent ensemble dans chaque pays et les relations qu’ils décident d’établir pour progresser sont déterminées localement.

 

> Appuyer les organisations de la société civile (OSC)
La société civile joue un rôle essentiel dans le IHP+. Le but du Partenariat est d’encourager les intervenants concernés à s’unir et à participer à la planification et à la mise en place d’une solide stratégie nationale pour la santé. Cependant, il est souvent difficile pour les OSC de faire entendre leur voix dans les discussions de politique de santé. Par le biais du IHP+, elles sont encouragées à participer à la planification de la stratégie nationale de santé ou à établir et influencer l’agenda en matière de politique de santé. Le IHP+ fournit des appuis divers aux OSC.

 

> Créer des liens entre les pays et le niveau mondial
Par le biais du IHP+, les pays en développement, les agences de développement et les organisations de la société civile trouvent de nouvelles opportunités pour communiquer ensemble et établir des liens entre les préoccupations nationales et le niveau mondial.

Qu'est-ce que le Pacte mondial IHP+ ?

Les agences internationales de développement, les agences bilatérales et les gouvernements des pays en développement souscrivent au Pacte mondial quand ils rejoignent le IHP+, signe de leur engagement à améliorer l’efficacité de l’aide en matière de santé. Tous les partenaires se retrouvent régulièrement pour examiner les résultats obtenus par rapport aux engagements auxquels ils ont souscrit.

Les engagements définis dans le Pacte mondial suivent les principes établis par la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide.

Qu'est-ce qu'un Pacte national?

Beaucoup des pays signataires du IHP+ ont divers types d’accords de partenariat nationaux, ou “Pactes”, destinés à améliorer l’alignement avec la stratégie ou le plan de santé à l’échelon national. Les pactes peuvent également contribuer à un meilleur alignement entre les financements des partenaires et les priorités nationales, et servir de base pour une redevabilité mutuelle.

En savoir plus sur les enseignements tirés des pactes nationaux.

Comment le IHP+ est-il dirigé ?

Tous les signataires du Pacte mondial de l’IHP+ font partie de la structure de gestion du Partenariat. Au niveau national, l’IHP+ travaille dans le cadre des mécanismes existants de coordination des partenariats, avec l’aide du personnel local de l’OMS, de la Banque mondiale et d’autres partenaires, s’il y a lieu.

Le Comité directeur de l’IHP+ est chargé de définir les orientations stratégiques globales de l’IHP+ et de superviser son travail. Il avalise le plan de travail et le budget du Partenariat. Il approuve les groupes de travail de l’IHP+, examine leurs recommandations et convient des mesures à prendre. Il se réunit deux fois par an et compte 16 membres : six pays, quatre organismes multilatéraux, quatre organismes bilatéraux et deux OSC.

Le Groupe de référence de l’IHP+ aide l’Équipe de base de l’IHP+ à mettre en œuvre le plan de travail du Partenariat. Il sert de tribune pour la collaboration et l’échange d’informations. Il est composé de membres hauts placés du personnel technique des institutions siégeant au Comité directeur et d’autres organismes. Des téléconférences se tiennent tous les deux mois. 

Les Groupes de travail de l’IHP+ sont constitués pour une durée limitée et sont formés d’experts techniques, choisis parmi les pays, les institutions et les OSC. Les groupes formulent des conseils collectifs et/ou des recommandations sur des thèmes spécifiques relatifs à l’efficacité du développement dans la santé. Les groupes actuellement actifs sont le Groupe de travail sur la redevabilité mutuelle, présidé par Tim Martineau (ONUSIDA); le Groupe de travail sur le suivi et l’évaluation présidé par Tim Martineau, UNAIDS; et le Groupe de travail sur la gestion financière, présidé par Renaud Seligmann, World Bank.

L’Équipe de base de l’IHP+ est accueillie conjointement dans les bureaux de l’OMS et de la Banque mondiale. Elle gère le plan de travail, le budget et les communications de l’IHP+, sous la supervision du Comité directeur. Elle met en œuvre les décisions du Comité directeur, organise les réunions du Comité directeur, du Groupe de référence et des équipes nationales de santé, tout en facilitant les séances des groupes de travail. L’Équipe est dirigée par Finn Schleimann (OMS). L’IHP+ opère principalement par le biais du personnel des organisations partenaires pour mettre en œuvre le plan de travail

Qui finance le IHP+ ?

Un ensemble de donateurs bilatéraux et mutilatéraux.

Qu’est-ce que le IHP+ a accompli ?

De récentes évaluations indépendantes portant sur le IHP+ ont rapporté que le Partenariat a créé un espace indépendant, très apprécié des pays, permettant aux multiples intervenants de discuter de la coordination de l’aide sanitaire.

Les outils et processus établis par le IHP+ aident au développement de plans sanitaires de plus grande qualité, à un meilleur alignement de l’appui et à un renforcement de l’appropriation nationale. Le IHP+ a également aidé à introduire la société civile dans les discussions de politique de santé au niveau des pays, bien qu’il reste encore à faire.

Les évaluations constatent que le IHP+ n’a pas encore permis de changements substantiels dans le comportement des donateurs, et n’a eu pour le moment qu’un impact limité sur le renforcement des systèmes de prestations sanitaires au niveau des pays. Les évaluations ont souligné que la réussite du IHP+ se mesure à l’aune des succès de ses partenaires. Des informations supplémentaires sur les réalisations sont disponibles par le biais du Consortium IHP+Results et du Rapport d’inventaire 2011 du IHP+. Un résumé des exemples au niveau des pays est également disponible

Quelle est la durée prévue du IHP+ ?

Le IHP+ a été créé en septembre 2007 avec un plan de travail d’une durée limitée. Selon l’arrangement et le plan de travail actuels, le IHP+ se prolongera jusqu’en 2017.