La coopération au développement en santé est orientée vers des résultats qui répondent aux priorités des pays en développement

Performance des pays partenaires

Depuis le début du suivi de la performance de l’IHP+, un nombre croissant de pays partenaires ont mis en place un cadre sectoriel de résultats exhaustif du secteur de la santé (Figure 1). Les 17 pays qui avaient participé aux cycles de suivi précédents sont plus susceptibles d’avoir un cadre sectoriel de résultats en place que les sept pays qui ont participé pour la première fois cette année.

Performance des partenaires au développement

Parmi les 16 partenaires au développement qui ont fourni des données au ministère de la santé dans au moins quatre pays, la proportion des dépenses totales faites à travers des programmes qui sont alignés sur le cadre sectoriel de résultats du pays varie de 98% pour la Banque mondiale à 34% pour l’ONUSIDA. Certains partenaires responsables d’un grand volume d’aide au secteur de la santé sont seulement alignés à 50% (Figure 13).

Les données en série en provenance des pays et des partenaires au développement qui ont participé au suivi de la performance de l’IHP+ au cours des trois derniers cycles étaient disponibles pour seulement onze pays. Ces données montrent un alignement croissant des partenaires au développement sur les cadres sectoriels de résultats (Figure 14). En 2013, les partenaires au développement dans chacun des 11 pays, excepté au Mozambique, ont obtenu un score de 100% pour cet indicateur. Ce résultat doit être interprété avec prudence. Il ne signifie pas que les programmes des partenaires au développement participants ont été entièrement alignés, mais plutôt que tous les partenaires ont déboursé une partie de leurs fonds de développement à travers un programme qui était aligné, comme un programme d’appui budgétaire général ou sectoriel ; et qu’en plus, ils ont participé à au moins un des quatre processus possibles pour renforcer le cadre sectoriel de résultats.